samedi 1 décembre 2012

La bienfaisante exubérance du piment de Cayenne


Peu d’épices connaissent une renommée aussi universelle que le piment de Cayenne. Depuis les neuf mille ans connus de sa culture et de son usage culinaire et médicinal, il est parti de sa terre natale d’Amérique équatoriale et s’est implanté, d’abord dans les pays adjacents, puis en Asie, en Inde et en Afrique, en Europe méridionale et dans nombre de contrées du centre et du nord du globe.

Pour quelque vingt-deux espèces de Cayenne sauvage, cinq sont intensément cultivées de par le monde, dont Capsicum annuum et frutescens. Pour plusieurs, la qualité du Cayenne se mesure par sa cote BTU. Plus celle-ci est élevée, plus le piment est puissant, passant de 1 BTU pour le paprika à 120 BTU pour certains piments africains. Nous sommes en présence de petites fournaises de cinq centimètres de long, rouges, orangées, jaunes ou vertes, oblongues ou rondes, selon l’espèce. La capsaïcine est le constituant chimique faisant l’objet d’études portant sur le Capsicum. Elle est responsable de son goût piquant et de ses vertus thérapeutiques. Le piment est aussi riche en vitamines et en minéraux, entre autres des vitamines Pro-A, C et E, du fer, du calcium et du magnésium. La capsaïcine étant très puissante et potentiellement irritante, il est préférable d’utiliser le fruit entier. Les autres composants contenus dans la chair tempèrent la capsaïcine et permettent de bénéficier pleinement de cette plante merveilleuse.

Le piment de Cayenne stimule et met du mouvement lorsqu’il y a congestion. Il agit principalement sur la circulation sanguine, les troubles des articulations et de la digestion et sur le système respiratoire, mais il ne convient pas à tout le monde. Ajouter une chaleur aussi puissante que celle du Cayenne sur un organisme déjà chaud, irrité ou en inflammation risque fort de faire sauter le couvercle de la casserole! Le « fruit du feu », dixit Flora Medicina, sert les frileux frissonnants, atones, aux extrémités froides et à la digestion lente.

L’indication la plus reconnue du Capsicum est en usage externe sur les articulations endolories par l’arthrite et l’arthrose, les bursites, tendinites et douleurs musculaires. Il est aussi utilisé pour les douleurs névralgiques provoquées par les éruptions herpétiques, le zona, les chirurgies, les maux de dents. C’est que la capsaïcine inhibe la substance P, un neurotransmetteur responsable du transport des signaux de douleurs des nerfs jusqu’au cerveau. L’effet antidouleur est appuyé par l’action qu’à cette même capsaïcine sur le sang : elle stimule la circulation, entrainant un apport accru de sang et d’oxygène juste sous la peau, favorisant ainsi l’élimination des toxines et de la congestion qui provoquent la douleur. Il existe des crèmes et onguents vendus en commerce, soit naturels, soit pharmaceutiques, applicables sur les zones endolories. Il est aussi possible d’appliquer un concentré liquide, ou teinture, sur la peau, à condition qu’elle soit exempte de lésions cutanées auquel cas, le Cayenne pourrait-être irritant. Sur une peau saine par contre, l’effet est assez impressionnant. La sensation de brulure est normale et de courte durée. Elle ne devrait être inquiétante que si elle perdure et que des rougeurs apparaissent. Il est aussi important de bien laver les mains à l’eau savonneuse après application de Cayenne ou de produits dérivés. Tout contact avec les yeux ou les muqueuses délicates du corps provoque à coup sûr une mémorable brûlure.

Si le Cayenne amène le sang à la surface, il favorise aussi la circulation globale et surtout celle menant aux extrémités du corps. Il stimule la dilatation des vaisseaux sanguins et augmente le flux circulatoire, sans pour autant accroître les battements cardiaques. Il nourrit les vaisseaux par son apport en minéraux et permet de les garder souples et intègres. Le Capsicum est aussi antioxydant. On sait que le cholestérol oxydé se dépose dans les artères et forme des plaques d’athérome dangereux. Or une plante qui stimule la circulation, garde le sang fluide et contrôle l’oxydation lipidique devient une alliée de choix pour les personnes aux prises avec des troubles sanguins et circulatoires. Il demeure essentiel de se référer à son praticien de la santé avant d’entreprendre quelque traitement que ce soit en lien avec des troubles graves. L’automédication ne devrait être pratiquée que par des personnes aguerries.


Côté digestion, même topo : le Cayenne stimule, facilite la digestion et permet une meilleure assimilation. Il est aussi bactéricide et antiparasitaire. Pas étonnant qu’il soit aussi abondamment répandu dans les pays chauds, là où les intrus alimentaires prolifèrent plus allégrement qu’ailleurs.

La liste des applications possibles du piment de Cayenne est bien plus exhaustive que celle présentée ici. Disons que les mots qui synthétisent le mieux les effets du Cayenne sont : c’est froid et congestionné. L’extrapolation est permise. Il est aussi important de considérer les possibles interactions médicamenteuses; le Capsicum augmente l’absorption de certains médicaments. Garder l’œil ouvert, donc, si vous prenez des médicaments et souhaitez incorporer le Cayenne. Éviter le aussi en cas d’ulcère d’estomac, de reflux gastriques, d’hémorroïdes, de colon irritable et durant la grossesse et l’allaitement.

Annie Rouleau
Herboriste praticienne
annieaire@gmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire